Ils colonisent la mare en formation et grossissent très vite. Les tétrodons sont des espèces d’origine marine qui se sont adaptés aux eaux douces. Les Hydrocynus sont très recherchés par les amateurs de pêche sportive. Il y a quelques années encore, on rejoignait un club killiphile (comme le Killi Club de France) pour se procurer des poissons. Figure 82. En ce qui concerne les convergences écologiques, l’évolution revêt alors l’habit de la « nécessité » puisque, confrontée à de mêmes contraintes environnementales, elle a, à plusieurs reprises, sélectionné des formes comparables. Il y a une trentaine d’années, leur élevage était réservé à une poignée de passionnés. Un endroit où économie et culture maritime cohabitent allégrement. Selon certaines hypothèses, les prédateurs pourraient fractionner les populations inféodées aux ilots rocheux en empêchant les individus de se déplacer et ainsi d’échanger leurs gènes. En effet, on distingue les espèces dites annuelles des espèces non annuelles (mais un certain nombre d’espèces ont un comportement intermédiaire : on dit alors qu’elles sont semi annuelles). Voir plus d'idées sur le thème Aquarium, Aquarium d'eau douce, Aquarium poisson. À gauche, deux Cyprinidae ; à droite, un Clariidae (© Collection C. Lévêque). Cette famille regroupe une cinquantaine d’espèces, dont le fameux « mâchoiron » (figure 63) à la chair est très appréciée, notamment en Côte d’Ivoire, et qui a fait l’objet de tentatives d’élevage (voir plus bas § 9.2. Concernant ce groupe très ancien, apparu au Dévonien (-418 à -359 Ma) on pensait qu’ils avaient disparu en même temps que les Dinosaures (au Crétacé vers 70 106 BP). Figure 10. Au sein d’une même espèce, les signaux peuvent aussi varier en fonction du sexe ou de l’état physiologique des individus qui transmettent ainsi des informations sur leur état d’agressivité ou de maturité sexuelle. Le développement des œufs des espèces non annuelles se fait sans diapause. Le Tilapia est le poisson d’élevage par excellence : c’est une des principales espèces d’aquaculture en Asie, en Afrique et en Amérique du sud. Quelques exemples de convergences de formes entre espèces de familles différentes provenant d’Afrique, d’Amérique du Nord, d’Amérique du Sud et d’Europe. Figure 29. Évolution du nombre de descriptions d’espèces depuis l’époque linéenne jusqu’en 2017 (mis à jour d’après Paugy, 2010). Elles sont maintenant constituées pour un quart de Lates, un quart de tilapias et l’autre moitié de petites espèces, comme Rastrineobola et des petits cichlidés dont certaines espèces semblent de nouveau assez abondantes. On dénombrait à l’époque 35 poissons en herbier. La réussite ou l’infortune d’une mission sont, le plus souvent, déterminées par les circonstances dans lesquelles les objets recueillis sont conservés puis expédiés. Figure 87. Distribution de trois espèces endémiques de Brycinus, très proches B. imberi, espèce à large distribution. Répartition de la richesse spécifique des poisons d’eau douce d’Afrique (quadrats de 300x300 km) (source : Cette grande variabilité de richesse spécifique entre les rivières africaines est confirmée sur l’ensemble du continent (, taux d’extinction dépendant de la superficie. La seule faune de poissons disponible à l’échelle panafricaine est le classique Catalogue de Boulenger (4 tomes entre 1909-1916). Actuellement un peu plus de 3 500 espèces de poissons d’eau douce et saumâtre, (95 familles et 493 genres) ont été décrites en Afrique, (mis à jour d’après FishBase, 2017, Faunafri, 2017, Lévêque et al., 2008 ; Paugy, 2010) (tableau 6). Parmi quelques publications de référence, celle de G. Fryer & T.D. (poissons à langue osseuse) comprenant les plus primitifs des téléostéens actuels. Figure 16. Arbre phylogénétique des essaims d’espèces de cichlidés endémiques des lacs Malawi, Tanganyika et Victoria et de quelques espèces d’haplochromines fluviatiles. La nageoire dorsale est constituée d’une série de pinnules reliées par une fine membrane. On admet aussi qu’une population est susceptible de s’adapter aux nouvelles conditions qui lui sont offertes lorsque le milieu varie. Figure 54. En effet, quoi de commun entre le lac Tanganyika très profond (1470 m) et très ancien (20 millions d’années) et le lac Victoria qui ne fait qu’une quarantaine de mètres de profondeur et qui se serait asséché, au moins partiellement, il y a 14 000 ans environ ? (1990) estiment que la spéciation a pu être très rapide et avancent une durée de 200 à 300 ans ! Le comportement, l’écologie et l’évolution des nombreuses espèces de Cichlidae sont assez exceptionnelles et posent de multiples questions scientifiques. Les pièces retracent les différents voyages d’Adanson au Sénégal (1749-1753), à l’île de Ténérife (1749), aux Açores (1753), en Bretagne (1767), en Espagne et en Italie (1779). Certains biologistes admettent ce scénario, mais beaucoup d’autres estiment que ce laps de temps est en totale contradiction avec la réalité biologique et qu’il est impossible qu’autant d’espèces se soient différenciées en si peu de temps à partir d’une ou quelques espèces ancestrales. C’est à cette époque que des associations « cichlidophiles » ont vu le jour, comme l’American Cichlid Association (ACA) en 1967, la British Cichlid Association (BCA) en 1971 et l’Association France Cichlid en 1979. Chez les espèces qui peuplent des milieux soumis régulièrement à la sècheresse, l’éclosion des œufs peut être différée de quelques jours à plusieurs mois, selon les espèces et la durée de l’étiage. Les différentes familles sont assez différentes, tant par leur aspect que par leur diversité : Figure 33. En conclusion, selon le scénario actuel le plus partagé, l’histoire évolutive complexe des haplochromines du lac Victoria aurait commencé bien avant la période aride qui a touché le bassin du Victoria. Gronovius (1742) expose le spécimen « au soleil si l’on est en été, près du feu si l’on est en hiver » tandis que Yarrell (1836) recommande de le faire sécher dans un endroit à l’ombre et aéré. », constitue depuis longtemps, une sorte de « Bible » pour tous les ichtyologistes s’intéressant aux Cichlidae. En Afrique, on considère que le nombre d’espèces doit dépasser 2 000 puisque les estimations actuelles donnent pour chacun des grands lacs un nombre d’espèces différentes avoisinant 300 (lac Tanganyika), 500 (lac Victoria) et 800 (lac Malawi) (, Ces espèces ont soulevé très tôt un grand intérêt chez les aquariophiles par leur forme et leur coloration souvent chatoyante, mais aussi par leur comportement reproducteur qui fait intervenir des parades nuptiales et des soins parentaux élaborés. Cette incision se poursuit jusqu’à la base de la queue, contournant la nageoire dorsale. Ainsi, les notions d’espèce, de genre, de famille voire d’ordre sont encore généralement admises ou tolérées par l’école cladiste. Le nombre de chromosomes est fixe pour une espèce donnée, mais des cassures, ou au contraire des fusions de chromosomes ou de parties de chromosomes peuvent se produire, modifiant la composition chromosomique. 5.4. La peau séchée est ensuite vernie et conservée sous différentes formes, soit collée sur une feuille de papier ou de carton, soit sur une planchette en bois. Nous ne ferons que mentionner les Myxini (myxines : 1 famille, 6 genres, 78 espèces) et les Cephalaspidomorphi (lamproies : 3 familles, 10 genres, 47 espèces), deux Craniates sans mâchoire qui n’existent pas dans la zone inter-tropicale. Au gré de ses nombreux voyages, notamment au Sénégal (1748-1754), il forme un cabinet d’histoire naturelle regroupant les productions des trois règnes, dont un herbier botanique contenant plus de 26 000 plantes. Affirmer le contraire, relève de la légende dont sont friands certains tartarins. Selon cette théorie, les mutations seraient le seul moteur de l’évolution, indépendamment de l’environnement. Poisson-ange à demi-cercles (Pomacanthus Semicirculatus) Originaire de l'océan Indien et l'océan Pacifique occidental de la côte d'Afrique orientale (y compris l'Afrique du Sud) à l'ouest, à travers l'océan Indien vers les îles Fidji, Tonga et Samoa, dans l'océan Pacifique. : un taux élevé de spéciation, ainsi qu’un fort taux d’extinction sont associés à une grande sténotopie. Depuis quelques décennies, comme le génome humain, plusieurs génomes de poissons ont été séquencés (poisson-globe, poisson-zèbre, carpe, tilapia, truite, voire même le cœlacanthe). Elles se distinguent seulement par des détails de coloration de la livrée des mâles adultes. De ce fait, la découverte de nouvelles « variétés » alimente continuellement la demande aquariophile. Deux petits Alestidae de quelques centimètres de long vivant en zone forestière d’Afrique de l’Ouest. On estimait, d’après les textes sacrés judéo-chrétiens, que le peuplement de la terre avait été créé quelque 6 000 ans auparavant, et que les êtres vivants actuels étaient la réplique fidèle de ceux que Dieu avait créés. Malheureusement, cette production s’accompagne souvent d’hybridations, de maladies ou de malformations diverses inhérentes à la production de masse. De nombreux facteurs jouent donc un rôle de barrière limitant ou empêchant les échanges de gènes entre les populations Cet absence de mélange contribue de manière significative à la spéciations des espèces qui ne quittent guère les habitats auxquels ils sont inféodés (, Dans la spéciation des poissons africains, et notamment celle des Cichlidae des grands lacs, a fait l’objet de nombreuses discussions. Les Notopteridae ou « poissons-couteaux » sont des espèces que l’on trouve généralement en eau douce, rarement en eau saumâtre (figure 52), en Afrique et en Asie. Face à ces conditions extrêmes, ces organismes ont évolué à partir d’espèces de surface, et il en est résulté une perte de la pigmentation, une réduction du métabolisme et une réduction, voir une disparition, des yeux (. Cette ressemblance a fait penser que ces essaims d’espèces avaient une origine commune. Malapterurus electricus a longtemps été considéré comme l’espèce unique de la famille des Malapteruridae. Le passage d’une classification strictement utilitaire à une classification phylogénétique ne se fit que plus tard, alors même que la théorie darwinienne de l’Évolution (. C’est un écheveau de laine synthétique de couleur foncée, fixé à un flotteur (liège ou polystyrène). Par rapport à la faune africaine, la faune sud-américaine ne possède pas de Cyprinidae, et est constituée pour l'essentiel de Siluriformes et de Characiformes (tableau 7). Il n’existe aucune preuve dans ce sens, tandis que l’inverse est, parfois, vrai (figure 84). À l’heure actuelle, on en dénombre 184 selon la base Ichtyologie du Muséum national d’histoire naturelle. Il est carnivore et se nourrit essentiellement d'insectes aquatiques et des poissons plus petits. Puis au début des années 1980, les Lates constituent très rapidement 80 % des captures totales alors que celles des Haplochromis tombent à 1 %. On peut d’ailleurs penser qu’à cette occasion plusieurs espèces existant préalablement aient également disparu. Les Labeobarbus du Lac Tana (Éthiopie), présentent également une remarquable diversité morphologique. On réunit donc ainsi toutes les conditions favorables à une spéciation sympatrique (voir encadré. Novembre 2009 Les pêches et le VIH/SIDA en Afrique: investir dans les solutions durables. Hormis l’aspect historique et original de cet herbier, son intérêt scientifique est indéniable du fait de la présence de types de Georges Cuvier et d’Achille Valenciennes, qui ont été utilisés pour les descriptions de nouvelles espèces compilées dans leur Histoire naturelle des poissons (Paris, 1828 et suivants). (1994), ont distingué 13 morphotypes (figure 17) et constaté des différences dans les habitudes alimentaires de chacun d’eux. Parmi quelques publications de référence, celle de G. Fryer & T.D. La coloration de son corps permet à cette espèce de se camoufler dans l’environnement et de s’approcher de ses proies, essentiellement petits poissons et insectes, sans être aperçue. Aquarium tropical de la Porte Dorée, Paris/D. Il n’est donc pas étonnant de constater que le taux de spéciation est plus important chez ces petites espèces. Pantodon buchholzi, l’unique espèce donc, est couramment appelée « poisson-papillon », non parce qu’il est capable de voler mais parce que ses nageoires paires rappellent les ailes (nageoires pectorales) et les pattes (nageoires pelviennes) d’un lépidoptère (figure 54). Amulette d’oxyrhynque, 332 av. Dans un tel contexte, la biogéographie insulaire suggère qu’il existe une relation entre la surface observée et le nombre d’espèces. La spéciation sympatrique intervient dans une population occupant la même aire géographique, et dans laquelle les échanges de gènes sont théoriquement possibles. Hydrocynus, un poisson de sport très en vogue... Dans le fleuve Congo, aux alentours de Kinshasa ou de Brazzaville, l’Hydrocynus goliath a toujours été la convoitise des pêcheurs à la ligne, car son poids et sa combativité lui confèrent une réputation très sportive. J.-C., Egypte. Parmi les autres candidats, plusieurs espèces de tilapias ont essentiellement été domestiquées pour étudier leur comportement à des fins aquacoles. Ainsi s’il existe une barrière infranchissable de quelle nature que ce soit, ils n’auront pas la possibilité de coloniser d’autres milieux comme cela est le cas pour les oiseaux, les mammifères voire les amphibiens par exemple.   Diversité des formes chez les Mormyres (adapté d’après les dessins de P. Merten, de leur taille, de quelques centimètres jusqu’à 1,5 m de long pour certaines espèces de. Int. Dans une population vivant dans des conditions de milieu données, seuls les individus les plus aptes à la vie dans ce milieu participent effectivement à la reproduction. L’espèce peut être constituée par une ou plusieurs populations plus ou moins isolées géographiquement (on parle alors de métapopulation). Ils préfèrent de loin la nourriture vivante comme les vers des vases ou les artémies, mais ils les acceptent aussi congelés. Principales contributions à la connaissance de l’ichtyologie africaine (plus de 30 espèces décrites). Pour se fixer les idées, en termes de diversité des vertébrés, nous avons résumé, suivant le schéma ordres/familles/genres/espèces, les données concernant les formes actuelles. C’est le cas des espèces d’anciennes familles comme les Cromeriidae et les Grasseichthyidae qui doivent être maintenant considérées comme appartenant aux Kneriidae qui sont monophylétiques à l’intérieur des Gonorynchiformes (, La faune des poissons d’eau douce de Madagascar contraste avec celle du reste du continent africain (, Si l’on considère l’ensemble de l’Afrique, y compris Madagascar, on dénombre environ 3255 espèces de poissons d’eau douce (. Selon certaines hypothèses les prédateurs, en patrouillant dans des zones possédant des abris, contribuent à fractionner les populations et à les maintenir sous forme de taches isolées, ce qui favorise la spéciation (figure 22). Elles sont maintenant constituées pour un quart de, Ce sont les fameux « poissons-serpents » ou « anguilles épineuses » des populations locales. La majeure partie du continent africain est demeurée au-dessus du niveau de la mer depuis plus de 600 millions d’années (précambrien). Qui plus est, l’évolution du nombre et de la forme des chromosomes est particulièrement spectaculaire chez ces espèces. Pendant près de vingt ans, les perches du Nil se sont installées mais restent relativement discrètes. Elles régressent par la suite.. Les Dipneustes existent actuellement en Amazonie (Lepidosiren), en Australie (Neoceratodus) et en Afrique (Protopterus). Le spécimen se réduit alors à la peau du flanc opposé, aux nageoires paires du même flanc et à la colonne vertébrale. Les chutes permettent le passage des espèces dans le sens amont-aval, mais pas en sens inverse (, (denommé auparavant Murchinson) sur la rivière Shire reliant le lac Malawi au Zambèze (. Tout se passe comme si les genres et espèces, bien que différents et d’origines distinctes, avaient eu les mêmes réponses face aux mêmes contraintes (figure 27). Ou, dit autrement, l’évolution est-elle de nature contingente (possibilité qu’une chose arrive ou non) ou répond-elle à une « nécessité » ? Concrètement, les « poissons » constituent un vaste ensemble hétérogène classiquement définis comme des Crâniates sans pattes. La dernière modification de cette page a été faite le 20 décembre 2020 à 10:21. Certains poissons encore développent des comportements singuliers de protection envers leur descendance….   Ils sont peu prisés par les aquariophiles car ils passent le plus clair de leur temps enfouis dans le substrat. 3. Cependant, les géophysiciens, même s’ils admettent cette possibilité, estiment que les conditions physico-chimiques prévalant alors, étaient incompatibles avec la coexistence de nombreuses espèces, Ce débat entre les partisans d’un tarissement total (ou presque) du bassin du lac Victoria, et ceux qui défendent l’existence d’une zone marécageuse ayant servi de zone refuge aux nombreuses espèces, soit dans le bassin lui-même soit ailleurs, est toujours d’actualité. À l’inverse, dans les couches d’eau profondes, c’est la sensibilité à la lumière rouge et à la coloration rouge qui prédomine. Bien que ce ne soit pas une règle absolue, les silures vivent généralement sur le fond, et leurs barbillons leur servent d’organes tactiles pour s’orienter et repérer leur nourriture. Leurs répartitions respectives ne se chevauchent pas. Figure 68. Les caractéristiques de la faune ichtyologique africaine. Ainsi, en Afrique du Sud, les pêcheurs n’essaient plus de capturer ces poissons avec des fils les plus fins possible, qui leur permettaient de « travailler » les poissons pour les fatiguer en évitant de casser. Heterobranchus longifilis fait l’objet d’une pisciculture intensive, notamment en Côte d’Ivoire. Ce phénomène paraît en particulier jouer un rôle majeur dans l’évolution des caryotypes de la famille des Cyprinidae et l’on a pu montrer récemment que certaines espèces de Labeobarbus et Pseudoberbus africains étaient hexaploïdes et possédaient 148-150 chromosomes (tableau 9). Lors d’une séance de la Société zoologique de Londres du 26 avril 1836 l’ichtyologiste et ornithologue William Yarrel exposa son procédé de préparation qui peut se résumer ainsi : Comment les poissons se dispersent-ils ? On trouve cette espèce au menu des « maquis » (petits restaurants où l’on peut boire et manger à des prix très abordables) des villes d’Afrique de l’Ouest. Cependant un certain nombre de faits tendent à montrer que des mécanismes d’isolement peuvent apparaître dans des conditions sympatriques sous l’effet de la sélection naturelle et le principe de la spéciation sympatrique s’est progressivement imposé. D’ailleurs, il existe une corrélation positive entre la taille des poissons et l’amplitude de leur aire de répartition. Parallèlement à ce don, il envoie une autre partie de ses collections d’histoire naturelle aux frères Antoine et Bernard de Jussieu, alors respectivement professeur et sous-démonstrateur de botanique au Jardin du roi. Mais il est tellement plus commode de pointer du doigt un bouc émissaire, ici la perche du Nil, que d’essayer de traiter un problème souvent beaucoup plus complexe. Boulvert). Ces nouvelles techniques ont permis d’accroître le nombre d’identification d’espèces grâce à de critères autres que morphologiques. Schéma de la respiration aérienne des protoptères : le protoptère sort sa gueule de l’eau et expire l’air contenu dans ses poumons (1) ; il agrandit sa cavité buccale et aspire de l’air (2) ; la gueule se referme, l’air est pressé vers les poumons et le protoptère regagne le fond de la rivière (3). Source pour les Cichlidés : CLOFFA IV (Daget et al., 1991) et Snoeks, 2001 ; pour les autres espèces : Coulter, 1991 (lac Tanganyika) ; Ribbink & Eccles, 1988 (lacs Malawi et Victoria) ; Lévêque et al., 1991 (lac Turkana). Leurs répartitions respectives ne se chevauchent pas. Dans ce cas, le développement des œufs est simplement différé. L’histoire commence il y a plusieurs millions ou dizaines de millions d’années lorsque les grands lacs ou proto-lacs de la vallée du Rift ont commencé à se former. Il n’y a pas beaucoup de données sur la vitesse de spéciation des poissons africains, mais il est évident que celle-ci est éminemment variable selon les groupes phylogénétiques et les conditions de l’environnement. La théorie synthétique de l’évolution. Figure 78. Une autre famille, bien connue, est celle des malaptérures. sur le Shire moyen, en aval du lac Malawi. Grâce à cet ouvrage et à de nombreux autres articles originaux, Geoffrey Fryer a énormément contribué à l’ichtyologie africaine et ses études sur l’évolution ont permis une remarquable démonstration de ce qu’est la radiation adaptative. Ci-dessous, un petit inventaire de ces poissons extraordinaires qui font parfois l’objet d’une véritable passion. Les produits de la catégorie AQUARIUM AFRICAIN sur la boutique en ligne monpoissonexotique.com - Aquariophilie, poissons et plantes d'aquarium en ligne Il faut se méfier de leurs dents impressionnantes et tranchantes. Cet article présente donc une liste des poissons d'aquarium d'eau douce, classés par groupe puis par genre. Elles ne dépassent guère 30 cm pour quelques dizaines de grammes. Les killies sont souvent des poissons timides qui se sentent en sécurité à l’abri des plantes. Quelques formes de grands, Lorsque l’on parle de Cyprinidae, on imagine généralement la carpe ou le poisson rouge (carassin doré). De nombreux facteurs jouent donc un rôle de barrière limitant ou empêchant les échanges de gènes entre les populations Cet absence de mélange contribue de manière significative à la spéciations des espèces qui ne quittent guère les habitats auxquels ils sont inféodés (figure 21). Deuxièmement, le débit est relié positivement aux précipitations reçues par le bassin qui déterminent en grande partie la productivité primaire du milieu et l’on sait qu’il existe une relation positive entre le nombre d’espèces présentes sur une aire donnée et la quantité d’énergie disponible. Ainsi dans le barrage de Jozini (nord-est du KwaZulu Natal, bassin de la Pongola), le gagnant du concours de pêche au « Tigre » organisé chaque année en octobre remporte un puissant bateau hors-bord. L’unique but est alors de provoquer l’attaque du prédateur. Sur le plan évolutif, Vrba (1980) a avancé l’hypothèse que les différences observées, en ce qui concerne les vitesses de spéciation à l’intérieur d’un « clade », sont la conséquence d’une différentiation eurytope : un taux élevé de spéciation, ainsi qu’un fort taux d’extinction sont associés à une grande sténotopie. Il a l’avantage de rendre les choses simples, mais il présente l’inconvénient d’ignorer certains clades importants dans la phylogénie de poisson comme les Chondrichthyes, les Teleostei, les Acanthomorpha et les Percomorpha. Ils furent représentés par de nombreuses formes à l’ère primaire, mais il ne subsiste que quelques espèces dont celles appartenant au genre Protopterus (4 espèces) en Afrique. Si l’isolement est suffisamment long, les populations peuvent diverger au point de devenir des espèces différentes. Ainsi, l’herbier existait en sa totalité : les pièces envoyées par Adanson en 1765 et celles obtenues par le biais des Jussieu en 1818, qui n’étaient que des doubles. Par exemple, chez les poissons malacophages, certaines espèces sont dotées seulement de quelques dents pharyngiennes élargies servant à écraser les coquilles, alors que d’autres espèces ont un très grand nombre de dents, et certaines possèdent même des os pharyngiens mêlés aux dents (, Figure 18. Il s’agit donc d’une autre histoire que celle de désigner la perche du Nil comme un poisson « diable ». Au moment de la ponte, les adultes construisent un nid d’herbes (généralement du. Ce nid flotte à la surface et fait l’objet d’une surveillance assidue des parents (voir § 7.3. Au début des années 2000, elles atteignent au moins 600 000 tonnes pour l’ensemble du lac, et certaines estimations plus récentes vont jusqu’à parler de 800 000 tonnes à 1 000 000 de tonnes en 2008 ! Une si longue période d’exondation permet d’expliquer la diversité de la faune de poissons d’eau douce et son le nombre hors norme de familles archaïques dont la plupart sont endémiques. Depuis les années 1980, en plus des études systématiques classiques, il y a eu une augmentation constante du nombre des contributions utilisant la génétique, les parasites spécifiques ou l’électrophysiologie. Günther et de Franz Steindachner qui ont, respectivement, décrit 640, 119 et 53 espèces (tableau 1). Sa vessie natatoire est volumineuse et très vascularisée, lui permettant de respirer de l'air à la surface de l'eau. Proportion des différents groupes trophiques parmi les Haplochrominae du lac Victoria et relations entre les type de régime alimentaire et de dentition (source Witte & van Oijen, 1990). Sa taille en fait aussi un poisson très apprécié des pêcheurs sportifs. Les faunes ichtyologiques se sont mises en place et ont évolué en fonction de l’histoire des systèmes aquatiques qu’elles occupent. Cependant une importante biodiversité à l’échelle continentale ne se traduit pas obligatoirement par une richesse spécifique élevée à une échelle régionale plus petite. Il est conseillé de planter abondamment avec de la mousse de java, des Anubias ou de la fougère de java, trois plantes qui ne réclament pas beaucoup de lumière ni aucun substrat. L’étude des petits cichlidés incite à se poser des questions fondamentales sur la nature de l’évolution. Liste des familles de poissons; Liste d'articles sur les poissons; Liste de spécialistes de poissons; Portail du monde maritime; Portail sur la pêche; Portail de l’ichtyologie La dernière modification de cette page a …