Inquiets face à la place accrue occupée par cette droite radicale au sommet de l’Etat et sur la Toile, des internautes décident de s’intéresser au financement publicitaire de Breitbart. Boulevard Voltaire C’est une histoire qui remonte à 1885, date de la naissance de la maison … Stéphane Ravier : « Les Marseillais n’ont pas voté pour élire Benoît Payan à la tête de la ville, c’est une atteinte de plus à la démocratie ! Ridicule bêtise fondée sur une photo du cartilage de son oreille »[27]. En quelques jours à peine, nous l’avions blacklisté. Les journalistes Robert Ménard et Dominique Jamet ont lancé le 1er octobre dernier "Boulevard Voltaire", un nouveau site Internet de débat. Pour cela, ils contactent les entreprises et leur expliquent la marche à suivre auprès de leur régie publicitaire pour exclure Boulevard Voltaire des sites susceptibles d'accueillir leurs publicités. Fadi alla ouvrir puis se … Source: « Qui est derrière la juge qui fait le procès d’Assange ? Certains intervenants de Boulevard Voltaire contribuent au FigaroVox[24]. Les publicités s’afficheront n’importe où, hors du regard des annonceurs eux-mêmes, créant des situations possiblement cocasses voire très embarassantes : une compagnie de cars pour visiter le Canada s’est ainsi retrouvée à côté d’un article expliquant que l’immigration est à l’origine d’un « génocide en douce du Québec » sur Boulevard Voltaire... S’ils le souhaitent, les annonceurs peuvent cependant exclure certains domaines de leur campagne d’affichage. Mediapart relève que « sous couvert d'une liberté d'expression totale, et alors que pendant un temps, certains contributeurs proviennent des rangs de la gauche, le site se mue rapidement en catalogue de toutes les pensées réactionnaires issues de la droite « hors les murs »[19]. A ce jour, plus de 2 600 entreprises et organisations ont retiré leur publicité de Breitbart News, parmi lesquelles des géants comme BMW, Virgin, Kellogg’s ou HP. Les campagnes menées par Sleeping Giants aux Etats-Unis et en France. 11 octobre 2020 3 minutes de lecture. Concernant le projet de mosquée à Tulle, Boulevard Voltaire écrit « cette mosquée, sous couvert d'être un immeuble culturel et pas seulement cultuel, sera en partie financé par les deniers publics », alors qu'en fait la ville n'est pas décidée à valider le projet et qu'il sera financé uniquement par des fonds privés[28]. Le 18 novembre 2014, Boulevard Voltaire est condamné pour incitation à la « discrimination et à la haine contre l'ensemble des musulmans » pour avoir publié une fiction politique sur l'interdiction de l'islam. Embarquez avec Fadi, Sybille, Jean et Tarek dans un pays qui n’existe plus. Décodex, un outil de vérification des faits rattaché au journal Le Monde, qui recommande d'être « prudent » quand on lit des informations sur Boulevard Voltaire, est dénoncé par la collaboratrice du site Charlotte d'Ornellas comme un exemple du manque de nuance de la presse traditionnelle[29]. « La propagation de la haine et la manipulation de Breitbart étaient devenues pour moi inadmissibles et insupportables, raconte R. Ce n’est pas un engagement politique, mais plutôt de l’ordre de la philosophie. Selon le journaliste Antoine Bayet, le nom du site Boulevard Voltaire est composé d'un clin d'œil à la « Rue » de Rue89, et au site conspirationniste Réseau Voltaire de Thierry Meyssan[23]. Embarquez avec Fadi, Sybille, Jean et Tarek dans un pays qui n’existe plus. » en une de la page d’accueil, les bandeaux publicitaires ne font pas dans le haut de gamme. « On aimerait ne rien faire d’autre que travailler sur les médias qui propagent des “fake news” ou de la haine, mais certains événements sont les résultats directs des problèmes causés par ces médias. Mais cela fait belle lurette qu’il n’existe plus, ce monde d’avant, et il n’y a … « Boulevard Voltaire », dont Gabrielle Cluzel est la rédactrice en chef, a été conjointement créé par Robert Ménard et Dominique Jamet en 2012. Robin de La Roche, dans un article du site, déclare qu'il n'y a que dans les réseaux « de droite » que l'on trouve « un tel salmigondis d'idioties, de rumeurs infondées, de mélanges honteux, bref, de fausses informations ». Ce site ne correspond pas aux valeurs de Decathlon. 20 septembre 2019 3 minutes de lecture. Depuis que le gros porc a été balancé, on traque le cochon partout. "Boulevard Voltaire", le site de l'intolérance Tribune. En 2017, le réseau d'activistes Sleeping Giants mène une campagne dirigée contre Boulevard Voltaire visant à réduire ses revenus publicitaires. En plus, Boulevard Voltaire fait passer des idées nauséabondes sous couvert de respectabilité chrétienne. ». Denis Florent, « une figure importante gravitant dans l’orbite de l’Opus Dei », participe aussi à la fondation[3]. Sleeping Giants a ainsi mis à leur disposition un tutoriel détaillant la démarche via la régie publicitaire de Google. Cela le rend à mes yeux encore plus insidieux. Une "jeune grand-mère" sur Boulevard Voltaire. USA : qui est derrière les scènes de pillages et d’émeutes ? »[26]. Cette construction est un projet bi-partisan, initié par Bill Clinton, poursuivi par George Bush Jr et Barack Obama. La dernière modification de cette page a été faite le 29 décembre 2020 à 00:07. d’un internaute. Ce lâchage en règle n’est pas dû au hasard : il est le résultat d’une mobilisation intense d’internautes regroupés sous le nom de Sleeping Giants. Thierry Meyssan devient politiquement proche de l' Iran, du Hezbollah et du gouvernement syrien de Bachar el-Assad,. Alors qui se cache derrière cette association, dont le logo - bleu, rose et noir - n’est pas sans rappeler celui de la Manif pour Tous ? Qui est derrière le phénomène Greta Thunberg ? Que pensez-vous de l’hommage qu’il y a rendu […] Boulevard Voltaire participe à la cérémonie des Bobards d'or, organisée par la fondation d'extrême droite Polémia, un think tank identitaire dont le président est Jean-Yves Le Gallou, promoteur de la « réinformation ». Le préjudice financier pour le site conservateur est difficile à évaluer, mais il est important. Cet article a été lu . Non pas son discours préfabriqué qu’elle recrache mécaniquement, encore moins son cerveau lavé depuis le berceau par ses parents, un couple d’écolo-gauchos. Boulevard Voltaire est un site généraliste d'information, lancé le 1 octobre 2012 par Robert Ménard et Dominique Jamet. Cet été, Boulevard Voltaire vous propose une fiction inédite, jamais publiée auparavant. Cela a pris plus de deux mois et demi mais France 2 n’a plus de publicité sur Boulevard Voltaire. Notre objectif est de stopper l’ascension des médias racistes et sexistes en les attaquant au portefeuille. Dominique Jamet démissionne de sa fonction de directeur de publication au début du mois d'avril 2016, se disant en désaccord avec l'évolution et l'orientation de la ligne éditoriale du site[5] et pour consacrer plus de temps à sa fonction de vice-président de Debout la France[2]. Dans le cas de Boulevard Voltaire, le site vivant essentiellement des donations du lectorat, l'offensive des "sleeping giants" a circonscrite. Il cite par exemple « une rumeur complètement idiote sur « l'oreillette » qu'aurait portée [Emmanuel Macron, lors] du débat présidentiel. De l’identité de R, nous ne saurons que ce que son accent britannique et ses belgicismes laissent deviner au téléphone : les Sleeping Giants agissent dans l’anonymat, s’appelant entre eux par des lettres de l’alphabet. Le contenu publicitaire de Boulevard Voltaire, le site d’opinion ultraconservateur fondé en 2012 par Robert Ménard et Dominique Jamet, ressemble davantage à celui d’un obscur blog. À lire le New York Times ou à écouter CNN – et leurs perroquets français -, tout le mal viendrait des Blancs (notamment les seniors ! Selon France Inter, « En fait, sous couvert de « ré-information », on a une presse d'opinion, d'extrême droite, qui sape la légitimité des médias et prospère sur Internet. Dominique Jamet est en 2013 directeur de publication. Dans ces situations, nous nous impliquons. Un deuxième activiste français la rejoint et ils lancent ensemble le compte Sleeping Giants France sur Twitter en février. » D’ici quelques jours, les membres du conseil d’administration de la SNCF découvriront dans leur boîte mail un petit message des « géants endormis » aux yeux grands ouverts. », R et son partenaire observent les publicités sur le site et interpellent sur Twitter les annonceurs pour leur signaler que leur marque « finance la haine ». Elle est l’une des premières à suivre Nemesis sur Twitter. Dominique Jamet, Robert Ménard et son épouse Emmanuelle Ménard fondent officiellement, le 1er octobre 2012, Boulevard Voltaire[2]. Avec mon partenaire, nous avons choisi de commencer par Boulevard Voltaire : c’était moins dangereux que Fdesouche [blog nationaliste très populaire à l’extrême droite, ndlr], dont les contributeurs sont particulièrement agressifs. Boulevard Voltaire est classé parmi les sites Internet de l'extrême droite française, plusieurs de ses contributeurs étant issus des courants de cette tendance idéologique et certains textes parus sur Boulevard Voltaire étant jugés islamophobes, contre le multiculturalisme et contre le mariage homosexuel[11],[12],[13],[14],[15],[16]. Déjà occupée par son travail et sa vie familiale, R accepte à condition d’être accompagnée. Né aux Etats-Unis pour contrer les “fake news” de la droite radicale, le réseau d’activistes Sleeping Giants cible désormais les médias d’extrême droite français. » Sleeping Giants leur a également fait suivre une liste de « sites du même acabit », que la marque a également bloqués, sur laquelle on retrouve Valeurs actuelles, Fdesouche ou Dreuz.info. » Mais la priorité du moment, ce sont bien les publicités SNCF qui tapissent encore Boulevard Voltaire. J'ai contribué à son site, et je lui ai donné des noms de blogueurs qui pourraient y contribuer »[1]. Le site Conspiracy Watch souligne en outre la présence sur le site de personnalités liées au conspirationnisme et à l'extrême droite tel que Pierre Hillard et Alain Soral et des liens de Robert Ménard avec le conspirationniste Thierry Meyssan président du Réseau Voltaire, Alain Benajam et Étienne Chouard[18]. Les Sleeping Giants annoncent avoir réduit de 90 % les revenus publicitaires du site, mais l'information n'est ni confirmée ni infirmée par Boulevard Voltaire[8]. De leur côté, les activistes assurent qu’ils vont continuer à « vider » le site, avant d’élargir leur action à d’autres dans les prochains mois, médias installés comme blogs complotistes. Et parce que, sans doute, on y raisonne en startupper chevronné, on a inventé la spontanéité téléguidée, l’improvisation organisée, le bénévolat rémunéré… l’oxymore étant, comme chaque sait, la forme littéraire du « en même temps ». « Non, répond R. On a cherché des sites d’extrême gauche qui diffusaient de la peur, mais ils sont peu organisés et aucun ne profite de la pub. Parmi eux, « R ». Lorsque tous ont fini de défiler, le boulevard Voltaire est vide et toujours protégé. Certains tentent de se trouver des excuses, mais nous les renvoyons simplement à leur responsabilité d’annonceur. Les huit journées de mai derrière les barricades, 1871, Histoire de la ... et pas non plus par Lissa71) et ce qui se passe sur le boulevard Voltaire.] » Sleeping Giants a notamment été très actif pour enrayer la mission antimigrants Defend Europe — leurs membres italiens et français sont à l’origine du blocage de leur compte PayPal. « C’est un réseau international sans structure ni hiérarchie, de tous âges, étudiants comme retraités, détaille R. Beaucoup d’internautes veulent nous rejoindre, mais il nous faut trouver des gens fiables et de confiance. Boulevard Voltaire est un site généraliste d'information, lancé le 1er octobre 2012 par Robert Ménard et Dominique Jamet. Se retirer de ce site c'est retrouver la tolérance et l'esprit de Voltaire. Les Sleeping Giants ne cherchent-ils donc à viser que les plateformes d’extrême droite ? R. sait ce qui les attend en s’attaquant à la « fachosphère » : à 6h30 chaque matin, dès son réveil, elle vérifie qu’elle n’a pas été victime d’un « doxxing », ce procédé qui consiste à publier des informations sur l’identité (nom complet, adresse, numéro de téléphone, numéro de compte bancaire, etc.) Henri Temple Henri Temple Catégorie : Editoriaux. Didier Pleux, psychologue clinicien, psychothérapeute. Cet été, Boulevard Voltaire vous propose une fiction inédite, jamais publiée auparavant. » Lorsque leurs messages restent sans réponse, R. et son partenaire relancent, allant jusqu’à contacter directement les responsables des entreprises. « Il ne s’agit pas de dénoncer les entreprises, mais de les alerter, assure la militante de Sleeping Giants. Savamment disposés autour de l’article « Des migrants pourris-gâtés ? En mai 2016, Robert Ménard, coorganise le « Rendez-vous de Béziers » avec son épouse Emmanuelle Duverger, patronne de Boulevard Voltaire, et Yves de Kerdrel, directeur du magazine de droite Valeurs actuelles, un rassemblement de ce qu'il appelle la « droite hors des murs » (La Dépêche du Midi parle d'une « extrême droite réactionnaire »). Sur le site Boulevard Voltaire, le colonel Jacques Hogard n'hésite pas à dire : « Rendre hommage à Hô Chi Minh, une faute grave, morale et politique ». Le jugement est confirmé en appel en novembre 2015, avec obligation de la publication d'un communiqué faisant état de la décision sur le site Boulevard Voltaire[31]. Et si trop de résilience tuait la résilience ? Ce qui m’intéresse, c’est ce qu’il y a derrière elle, et surtout le message subliminal que l’on nous délivre, à travers son personnage. Un spécialiste des données à l’agence marketing WordStream a fait le calcul : entre novembre 2016 et aujourd’hui, le revenu généré par un clic sur une publicité affichée par Breitbart a été divisé par deux, passant d’un peu plus de 75 cents à moins de 40 cents. Selon Télérama, le préjudice financier pour Boulevard Voltaire est « difficile à évaluer, mais il est important ». Lors du lancement de Boulevard Voltaire, Dominique Jamet déclare son attachement à la liberté d'expression et au pluralisme, et affirme vouloir « permettre à des opinions qui ne sont pas forcément officielles et autorisées par les grands groupes de presse et les grands partis politiques de s'exprimer »[20],[21],[22]. Emmanuelle Ménard, qui avait pris le relais de Jamet en tant que directrice de la rédaction[2] démissionne le 21 juin 2017 pour se consacrer à son mandat de députée[6]. 37.2k . Sur le site Boulevard Voltaire, Marie Delarue dévoile un scandale qui n'intéresse pas du tout les féministes. » Lorsque les annonceurs confirment avoir retiré Boulevard Voltaire de leurs diffuseurs, les « géants » se fendent d’un tweet de félicitations, petite bonne pub pour la marque. À l'époque, il ne connaissait pas trop les blogs. Parmi les participants, on compte Renaud Camus créateur de la théorie conspirationniste du grand remplacement, l'inventeur de la « préférence nationale » Jean-Yves Le Gallou ou des personnalités du Front national telles que Marion Maréchal-Le Pen et Louis Aliot[15].